Qu’est-ce que le Gala des grands prix régionaux?

Huit grands prix sont attribués annuellement, à des citoyens(ennes) qui se sont distingués(es) et qui ont fait honneur à la région dans différents domaines: soit des médailles d’or dans les domaines des arts, des sports, du développement économique, de l’initiative communautaire, des sciences humaines et de la langue française; la Médaille de bronze du MNQ à un(e) compatriote et la Grande Médaille d’argent au (à la) Lanaudois(e) de l’année.

Description des prix, médailles et anciens lauréats:

Raoul Charette
Né à Louiseville en 1900, Raoul Charette est arrivé à Joliette moins de douze ans plus tard. Dès l’âge de 16 ans, il a occupé la fonction de comptable pour quelques entreprises dont la Compagnie de tabac Montcalm. C’est en 1927 que M. Charette entre au service de la Compagnie de papeterie ltée (Hilroy), l’un des plus importants fabricants de fournitures scolaires au Canada, qu’il dirigera jusqu’à sa retraite en 1972. À l’emploi de cette entreprise, il a ouvert des bureaux permanents et des entrepôts d’abord à Halifax, puis dans différentes villes selon les besoins. L’expansion de l’entreprise était amorcée. Après les grandes villes canadiennes, on exporta vers les Antilles et l’Afrique. En 1953, Raoul Charette était nommé président de l’entreprise. Le début de la culture du tabac jaune dans la région de Lanaudière repose sur la fondation en 1934, à Joliette, de la compagnie de tabac jaune dirigée par Raoul Charette et quatre autres personnes. Entre autres faits marquants, signalons que M. Charette a été président de la Compagnie de tabac laurentien, président fondateur de la Société Saint-Jean-Baptiste de Joliette (aujourd’hui SNQL), président du bureau de direction de la Poterie Vandesca (1947), membre du conseil supérieur du travail du Québec (1950), président du conseil d’administration de l’hôpital Saint-Charles de Joliette en 1955 puis de l’hôpital Saint-Eusèbe en 1961.

Description de la médaille – Le développement économique – Recherche, production, mise en marché sont les trois étapes de l’activité économique.  La médaille représente trois vagues.  À droite celle de la recherche et conception puis celle de la fabrication et enfin le commerce.  Ces trois vagues transportent des formes géométriques qui, à mesure qu’elles progressent de vague en vague se raffinent.

Lauréats des années précédentes – Le développement économique
1982 Jean Bergeron, fabricant de meubles
1983 Paul et André Malo, industriels et entrepreneurs
1984 Roland Harnois, Les industries Harnois
1985 Georges et Jules Dubeau, Les Parquets Dubeau ltée
1986 Jean-Claude Crevier, Les Marchés IGA Crevier
1987 Jean et Pierre Delangis, Le groupe Delangis
1988 Le Festival international de Lanaudière
1989 André Desroches, Breuvages Kiri ltée
1990 Jacques Martin, comptable agréé
1991 Gilles Parent, Dispar
1992 Laurent Mercier, producteur de volailles
1993 Raymond Gaudreault, Le Groupe Gaudreault
1994 Les Industries Mailhot
1996 Simone et Réjean Gadoury
1999 Les entreprises Michel Corbeil inc.
2000 Le groupe Harnois
2001 Les Industries JSP inc.
2005 Laboratoires Bio-Op
2006 Stageline scènes mobiles inc.
2007 Groupe Patrick Morin
2008 Famille Benny: Maître rôtisseur
2009 Mouvement Desjardins, 23 caisses de la région Lanaudière
2011  Journal La Revue de Terrebonne

Marcel Bonin
Le hockeyeur Marcel Bonin est connu non seulement des Lanaudois, mais également de la population des provinces canadiennes et des états américains où le hockey occupe une place importante. Avec le club de hockey Les Canadiens, il a remporté trois fois la coupe Stanley entre 1957 et 1962, années au cours desquelles il a évolué pour cette formation. Le numéro 18 était la coqueluche des Québécois pour sa combativité et sa détermination. Marcel Bonin a aussi joué avec les Red Wings de Détroit et les Bruins de Boston. Il a dû mettre fin à sa carrière de hockeyeur suite à une délicate intervention chirurgicale à la colonne vertébrale. Marcel Bonin est aujourd’hui retraité; il vit à Joliette. Notons que l’aréna de Joliette porte le nom de Centre récréatif Marcel-Bonin.

Description de la médaille – Les sports
La silhouette d’un corps en mouvement vers le dépassement des limites physiques et psychologiques pour atteindre l’excellence dans une discipline sportive.  L’athlète semble porter sur ses épaules une énorme forme qui représente les attentes de tous ceux qui l’applaudissent et l’encouragent.

Lauréats des années précédentes – Les sports
1981 Gilles Villeneuve, coureur automobile
1981 Raymond Derouin, haltérophile
1982 Rodrigue Denis, Maski-Courons
1983 Alan Labrosse, coureur motocycliste
1984 Loïc Girard, animateur, organisateur, professeur de judo
1985 Jean-Pierre Sansregret, pédagogue, coach, animateur de cyclisme et ski de fond
1986 Tennis junior de Repentigny, Association de tennis
1988 Josée Généreux, cycliste
1989 Caroline Sylvestre, pongiste
1990 Carlo Blanchard, golfeur professionnel
1991 François Lapointe, marcheur olympique
1992 Geneviève Neault, skieuse de fond
1993 Yvon Turgeon, entraîneur
1994 Jean Riva, entraîneur
1995 Marilou Cousineau, gymnaste
1996 Jocelyn Robichaud, tennisman
1999 Pierre Heynemand Jr, triathlon
2000 Roxane Forget, championne de taekwondo
2001 Patrick Carpentier, coureur automobile
2005 Émilie Mondor, coureuse de fond
2006 Joannie Rochette, patineuse artistique
2007 Jason Pominville, joueur de hockey professionnel
2008 Richard Legendre, intronisé au Temple de la renommée du tennis canadien
2009 Marie Ricard, responsable des Olympiques spéciaux dans Lanaudière

2011 Jacques Laporte, entraîneur de hockey, de Crabtree

Maximilien Boucher

Le Père Maximilien Boucher, c.s.v., (1918-1975) a été sculpteur, peintre et professeur d’arts émérite qui, en raison de son silence et de sa discrétion, a été longtemps méconnu, même à Joliette, où il vécut jusqu’en 1975. Le Prix des arts Maximilien-Boucher a ainsi été nommé afin de perpétuer un nom, un artiste, presqu’une légende. «Aujourd’hui, Max Boucher vit encore au milieu de nous par sa production artistique. Si l’oeuvre de Max reflète, à mon avis, la recherche constamment renouvelée de l’éducateur, la statuaire du Père Boucher nous redira longtemps son amour pour Marie et le Christ. Max a su imprimer dans la pierre et sur ses toiles sa recherche de Dieu et de la beauté.» Julien Rainville. c.s.v., (02-12-80).

Description de la médaille – Les arts.
La forme sphérique du centre symbolise la recherche de l’artiste pour sa création.  Agrippé à cette bulle, un personnage, en position foetale, semble accoucher de lui-même.  Devant ces deux formes, le métal fait un bourrelet suggérant la transformation du milieu face à l’oeuvre et à son interaction avec ceux à qui elle est destinée.

Lauréats des années précédentes – Les arts.
1980 Gustave Lamarche, c.s.v., écrivain dramaturge
1981 André Laplante, pianiste de réputation internationale
1982 Ulric Laurin, peintre et éducateur en arts plastiques
1983 Rina Lasnier, poétesse
1984 Pierre Bélanger, artisan
1985 Rolland Brunelle, c.s.v., musicien, chef d’orchestre, éducateur
1986 Claude Bettinger, verrier
1987 Fernand Lindsay, c.s.v., musicien, éducateur et animateur musical
1988 Mia Riddez-Morisset, auteure
1989 René Charette, président du Festival international de Lanaudière
1990 Yves Beauchemin, écrivain
1991 Albert Chartier, bédéiste
1992 Angèle Dubeau, violoniste
1993 Claude Blouin, enseignant en cinéma
1994 La Bottine souriante, groupe folklorique
1996 Richard Lavoie, cinéaste
1999 Le Festival international de Lanaudière
2000 Hélène Pedneault, écrivaine et femme de paroles
2001 Musée d’art de Joliette
2005 Jean-Paul Daoust, poète
2006 Le Centre culturel de Joliette
2007 Lanaudière : Mémoire et Racines
2008 Jean-Pierre Ferland, auteur-compositeur-interprète
2009 Claude de Grandpré, directeur général et artistique de la Corporation Hector-Charland
2011 Les Charbonniers de l’enfer, formation lanaudoise a capella

Louis Landry
Son intérêt marqué pour la langue française et son rayonnement laissent un exemple d’amour et d’attachement à notre peuple et à sa culture. Louis Landry, que nous connaissons surtout pour ses écrits humoristiques, a également publié des ouvrages historiques, politiques, ainsi que des fables… et finalement des pièces de théâtre! Pédagogue à ses heures, il a collaboré à la rédaction de nombreux manuels scolaires. Après avoir résidé plus d’une dizaine d’années dans la ville de Repentigny, Louis Landry, pharmacien de profession, établissait son commerce, aujourd’hui dirigé par son fils, dans la municipalité de Saint-Jean-de-Matha. Les résidents de la municipalités vous diront qu’entre deux clients, M. Landry composait ses oeuvres… Nous espérons que son influence saura inspirer nos institutions scolaires afin de favoriser l’expression de la langue française. En instaurant le prix de la langue française, la SNQ de Lanaudière désire, maintenant plus que jamais, promouvoir la culture québécoise auprès des jeunes et souligner l’importance de la langue dans la richesse de notre culture.

Description de la médaille – La langue française – La forme extérieure de la médaille rappelle celle d’un écran, moyen moderne de transmettre des images et des mots, soit par la télévision ou l’ordinateur. Au centre de l’écran trône fièrement la pointe d’un stylo et des morceaux de fleur de lys, symbole du fait français en Amérique du Nord.

Lauréats des années précédentes – La langue française

1992 – Évelyne Robidoux (Polyvalente de l’Érablière, Saint-Félix-de-Valois)
– École Sainte-Anne, Rawdon
1993 – Karine Tousignant (école Jean-Baptiste-Meilleur, Repentigny)
– École Jean XXIII, Repentigny
– École Soleil de l’Aube, L’Assomption
1994 – Vicky Hamelin, (école secondaire Jean-Baptiste-Meilleur, Repentigny)
– École Lionel-Groulx, Repentigny
1996 – Véronique Dansereau, (Polyvalente Barthélemy-Joliette)
– École Mgr Papineau, Joliette
1999 – Judith Lebeau, (école secondaire Léopold-Gravel, Terrebonne)
– École Ste-Thérèse, Joliette
2000 – Florence Larocque, (école sec. Jean-Baptiste-Meilleur, Repentigny)
– École Pie XII, Repentigny
2001 – Catherine Goulet-Thibodeau, (École De la Rive à Lavaltrie)
– École Jean-Duceppe, Le Gardeur
2005 – Jessica Houle, (école Armand-Corbeil, Terrebonne)
– École des Brise-Vent, St-Thomas-de-Joliette
2006 – Judith Caron, (école secondaire l’Achigan, St-Roch-de-l’Achigan)
– École Notre-Dame, St-Alexis-de-Montcalm
2007 – Valérie Ouellette (école l’Horizon, Repentigny)
– École St-Louis, Terrebonne
2008 – Gabrielle Harnois-Blouin (Académie Antoine-Manseau, Joliette)
– École Sainte-Anne, Saint-Cuthbert
2009  – Maude Boisvert (école secondaire Thérèse-Martin)
– École de l’Étincelle, Terrebonne
2011
– Laurence Boisvert (école secondaire Thérèse-Martin)
– École des Prairies, Pavillon Mgr Jetté, Notre-Dame-des-Prairies

(Le Lanaudois de l’année)

Ce prix a pour but de signaler les mérites d’une personne qui s’est particulièrement illustrée en contribuant au développement de Lanaudière.

Cette marque d’estime et d’excellence est remise à une concitoyenne ou un concitoyen pour souligner un cheminement, un couronnement de carrière ou encore un événement ou un fait marquant qui aurait contribué au développement et à la reconnaissance de Lanaudière et dans lequel cette personne aurait joué un rôle de premier plan.

Description de la médaille 

L’histoire lointaine et contemporaine de Lanaudière la décrit comme un milieu industriel et culturel, la région se définit aussi par son activité agricole et par l’apprentissage grâce aux nombreuses institutions et grandes qualités d’enseignement ainsi, sur la grande médaille d’argent, retrouvons nous tous ces thèmes. Au centre, un cercle, symbole de la roue, de l’engrenage, de la meule, représente l’industrie dans notre région. Le livre ouvert stylisé évoque la culture, les institutions de savoir et autres lieux d’expression. Le socle de la charrue symbolise les défricheurs de notre sol fertile en réalisations.

Lauréats des années précédentes
1988 Louis-Paul Allard, président de la Fondation québécoise en environnement
1989 Noël Lacas, ex-permanent syndical, C.S.N.
1990 Jean-Guy Frigon, président de l’Académie populaire
1991 Aimé Despatis, journaliste
1992 Jacques Dupuis, ex-maire de Repentigny
1993 Ronald Cormier, président Table multisectorielle, année internationale de la famille
1994 Réjean Payette, président de la Fédération de l’UPA de Lanaudière
1995 Pierre Vincent, enseignant
1999 Hubert Coutu, adjoint au directeur général FUPAL
2000 Christian Morissonneau, historien et docteur en géographie
2001 Louise Beaudry, coordonnatrice du Centre (de femmes) avec des Elles
2005 Michel B. Comtois, ingénieur
2006 Fernand Lindsay, c.s.v.
2007 Guy Chevrette, ex-ministre
2008 Bernard Landry, premier ministre du Québec de 2001 à 2003
2009 Chantal Deschamps, docteur en psychopédagogie, préfète de la MRC L’Assomption et mairesse de Repentigny
2011 Martin Deschamps, auteur-compositeur-interprète de Rawdon

Henri Pichette

Admis à la prêtrise en 1938, Henri Pichette a poursuivi de longues études en sciences sociales à l’Université Laval (1939-1943) et en pastorale sociale à Rome. Détenteur de trois doctorats (en théologie, en philosophie et en sciences sociales), il a été professeur de philosophie sociale à l’Université Laval de 1954 à 1971. Pendant plus de vingt ans, M. le Chanoine Pichette a exercé sa mission de pastorale sociale auprès du mouvement ouvrier. D’abord secrétaire d’un syndicat de la CSN dans la région joliettaine, il a accédé en 1948 au poste d’aumônier général de la Confédération des syndicats nationaux et y a exercé son ministère jusqu’en 1968. Il s’est impliqué avec ferveur et une grande compétence dans le coopératisme; il a été l’instigateur du Cooprix de Joliette. Il fut président de la Fédération des magasins Coop pendant six années. Il y avait été nommé pour tenter de rétablir la situation difficile qui y perdurait. Jouant un rôle plutôt effacé, le Chanoine Pichette a exercé une profonde influence sur la société québécoise. Il fut, à sa façon, l’un des artisans de la Révolution tranquille. Sa compétence et son dévouement en ont fait un conseiller précieux pour le milieu syndical et la coopération au Québec. Monsieur le Chanoine Henri Pichette est décédé en 1981.

Description de la médaille – L’initiative communautaire Les organismes communautaires sont composés d’individus qui, seuls, n’auraient pas les moyens d’atteindre leurs buts mais, en se structurant ensemble, ils peuvent y arriver.  La médaille représente une structure d’acier, légère, faite d’un assemblage de morceaux de longueurs, grosseurs, formes variées soutenant une oeuvre.

Lauréats des années précédentes – L’initiative communautaire
1982 A.C.E.F. de Lanaudière
1983 Zone pastorale de Joliette (la Soupière et la Tablée)
1984 Association des femmes chef de famille de Lanaudière
1985 Maison des jeunes de Lanaudière
1986 Maison La Traverse
1987 L’Académie populaire
1988 L’Association québécoise pour la défense des retraités
1989 L’Entraide pour les déficients mentaux de Lanaudière
1990 La Diligence
1991 Le Centre de femmes Avec des Elles
1992 Pierre Mercille
1993 La Maison Parent-Aise
1994 Non-attribué
1996 La Table de concertation des groupes de femmes de Lanaudière
1999 La Commission des groupes communautaires du C.R.D.L.
2000 La Table régionale des organismes communautaires de Lanaudière (TROCL)
2001 SIPE Lanaudière
2005 Carré St-Louis
2006 Le Camp Papillon
2007 Sociétés St-Vincent de Paul, région Lanaudière
2008 Société de l’Autisme, région Lanaudière
2009 La Table des partenaires du développement social, région de Lanaudière (TPDSL)
2011 La Corporation des bénévoles du C.H.R.D.L. de Saint-Charles-Borromée

Charbonneau et Rioux
En désignant le prix des sciences humaines des noms de Charbonneau-Rioux, la SNQ de Lanaudière a voulu rendre hommage à deux précurseurs laïcs de notre région dans le domaine de l’enseignement à une époque où le secteur était sous l’égide des communautés religieuses. M. Alfred Charbonneau a enseigné durant 37 ans à Joliette. Sa carrière d’éducateur, riche de dévouement, s’est déroulée à la commission scolaire de Joliette. M. Paul-Émile Rioux a enseigné aux écoles Baby, Lajoie et Saint-Viateur de 1930 à 1956. Il a terminé sa carrière comme principal de l’école Marie-Victorin à Québec. Il a été 40 ans dans le réseau de l’enseignement.

Description de la médaille – Les sciences humaines – Les sciences humaines cherchent à définir l’être humain en évolution à travers ses activités, son comportement, son histoire.  L’artiste a imaginé ce processus comme un casse-tête sphérique dont les différentes pièces sont transpercées de tiges blanches qui représentent les moyens mis en oeuvre pour reconstituer la sphère.

Lauréats des années précédente – Les sciences humaines
1989 Christian Roy, historien
1990 François Lanoue, historien, humaniste
1991 Aline Jalette, bibliothécaire
1992 Frans Van Dun, écrivain
1993 Pierre Bourque, humaniste
1994 Camille A. Roussin, médecin, humaniste
1995 Léo-Paul Hébert, humaniste, professeur, historien
1996 Christian Morissonneau, historien, docteur en géographie
1999 Marcel Bonin, historien populaire
2000 La Société de généalogie de Lanaudière
2001 Georges Aubin et Renée Blanchet, auteurs
2005 Site historique de l’Île des Moulins
2006 Centre régional d’archives de Lanaudière
2007 Réjean Olivier, bibliothécaire, bibliographe
2008 Guy Rocher, Dr en sociologie
2009 Centre régional d’animation du patrimoine oral (CRAPO) de Lanaudière
2011 Société d’histoire de Joliette-De Lanaudière

La Médaille de bronze du Mouvement national des Québécoises et Québécois a été créée en 1982 dans le but de souligner les mérites d’un militant ou d’une militante qui œuvre au sein d’une société affiliée et qui s’est illustré(e) dans la défense et la promotion de la souveraineté du Québec.

Lauréats des années précédentes – La Médaille de bronze du Mouvement national des Québécoises et Québécois
1982 René Charette, directeur général SNQL
1983 Gaétan Riopel-Savignac, enseignant
1984 Gustave Lamarche, c.s.v., auteur
1985 Alain Généreux, ex-président SNQL, avocat
1986 Roch St-Georges, ex-industriel
1987 Jacques Mondor, ex-président SNQL, ex-enseignant
1988 Paul Germain, ex-directeur du service social de Joliette
1989 Monique Comtois-Grenier, enseignante
1990 Gilles Rouleau, agent d’assurances
1991 Armand Lajeunesse, organisateur communautaire
1992 Mathias Asselin, ex-président SNQL
1993 Paulette-Michèle Hétu, ex-présidente SNQL
1994 Jacques Racine, ex-président SNQL
1995 Jacques Larocque, militant et président de la commission politique SNQL
1999 Lise Lacombe et Pierre Duval, militants souverainistes
2000 Renée Aubuchon, militante souverainiste
2001 Gilbert Boulet, ex-président SNQL
2005 Claude Perreault, militant, syndicaliste, ex-professeur
2006 Claire J.- Poliquin, ex-présidente SNQL
2007 André Auger, militant, maire de Saint-Lin-Laurentides
2008 Paulette Bélisle, militante
2009 René Asselin, militant
2011 Robert Marsolais, militant

La mention d’honneur SNQL a pour but de souligner de façon particulière, soit un anniversaire important, une contribution spéciale ou une spécificité régionale en ce qui concerne un individu, un organisme ou une entreprise.

Lauréats des années précédentes

2006 Les Ateliers Éducatifs Les Petits Mousses, Joliette
2007 M. Raymond Gaudet, actuaire, originaire région de Joliette

Prix des sciences humaines Charbonneau-Rioux

Guy Rocher, sociologue, professeur, chercheur, écrivain, éditeur, humaniste, etc.

De Berthierville au monde, du Collège de l’Assomption, aux universités de Montréal, Laval, Harvard, Berkeley, de la J.E.C. au Conseil exécutif du Gouvernement du Québec, on retrouve M. Guy Rocher partout jusque dans la nouvelle édition du Petit Larousse.

Ce docteur en sociologie a contribué à l’évolution du Québec moderne dans les domaines de l’éducation, de la culture, de la langue française, des communications, de la politique, de la santé, de la justice, de la sociologie. En plus de sa carrière de professeur, on lui doit une vingtaine de livres et plus de 200 articles ainsi que des entrevues à la radio et à la télévision.  On peut vraiment affirmer que rien d’humain ne lui est étranger!

Prix d’initiative communautaire Henri-Pichette

Société de l’Autisme, région Lanaudière

Avoir un enfant atteint d’un trouble envahissant du développement (TED) ou d’autisme demande de la cohérence, de la patience, de l’organisation et surtout de l’information qui n’est pas toujours accessible.  C’est ce qui a amené des parents à se réunir pour créer la Société de l’autisme, région Lanaudière.  Incorporé en 1996, l’organisme compte plus de deux cents membres et offre des rencontres, des ateliers, des conférences et un excellent guide « Sur la route » publié cette année.

Prix des arts Maximilien-Boucher

Jean-Pierre Ferland, établi à Saint-Norbert depuis 35 ans

Un artiste immense, passionné de La Musique, s’amusant à suggérer Swingnez votre compagnie, tout en nous amenant Un peu plus haut, un peu plus loin.  Pendant 50 ans, il a animé notre histoire musicale. Des centaines de créations …immortelles qui nous ont démontré qu’il ..savait parler aux femmes et que Quand on aime on a toujours vingt ans. Ce qui nous fait dire dans Lanaudière comme dans l’ensemble du Québec : Une chance qu’on l’a!

Prix de la langue française Louis-Landry

Volet primaire : bourse pour l’innovation dans l’enseignement du français

École primaire Sainte-Anne à Saint-Cuthbert.

 C’est la troisième année que l’enseignante Lucie Lavallée amène ses élèves à prendre leur envol, en lecture et en écriture, sur les ailes du Pigeon voyageur.  Il s’agit d’un journal mensuel produit par ces jeunes de 5e et 6e années et qui implique toute l’école.  L’année dernière, dix numéros de 24 à 28 pages ont été écrits et imprimés à environ 300 exemplaires.  En plus de la lecture, de l’écriture, de la recherche, de la motivation, du sentiment d’appartenance au milieu que cette réalisation stimule, les élèves ont vendu 288 abonnements à leur production.  L’entreprise leur a permis de s’offrir un voyage culturel à faible coût à la fin de l’année.

Prix de la langue française Louis-Landry
Volet secondaire : meilleurs résultats en français pour les cinq années du secondaire pour l’ensemble de la région Lanaudière
Gabrielle Harnois-Blouin

Gabrielle a obtenu, pendant les cinq années de ses études secondaires à l’Académie Antoine-Manseau de Joliette, la moyenne de 94% en français.  Il s’agit du meilleur résultat de tous les élèves de ce niveau dans l’ensemble de la région de Lanaudière.  Elle a toujours aimé la lecture et l’écriture, jouer avec les mots, en faire de la musique, cela fait partie de sa vie : elle chante, joue du piano, compose des chansons.  Elle a choisi de continuer ses études collégiales en Arts et Lettres et aimerait faire carrière en communications.

 

Prix des sports Marcel-Bonin

Richard Legendre

Qu’il s’agisse de tennis ou de soccer, Richard Legendre ne se laisse pas empêtrer dans les filets.  Déjà, à 18 ans, il était champion junior de tennis du Canada.  Il a obtenu son diplôme en récréologie de l’Université du Québec à Trois-Rivières. Il habite Repentigny depuis 17 ans.

Entre 1988 et 2001, il a dirigé le projet de construction du Centre de tennis du parc Jarry, à Montréal, dont le budget et l’échéancier ont été respectés.  Tout un exploit!

En 2001 il a été élu député du comté de Blainville. Le 5 août 2007, il a été intronisé au Temple de la renommée du tennis canadien.  Ce qui ne l’a pas empêché de s’intéresser au soccer.  Il est maintenant le vice-président de l’Impact de Montréal et du stade Saputo. C’est ainsi que l’enfant de la balle est devenu l’homme du ballon.

 

Prix du développement économique Raoul-Charette

La famille Benny:  Maître rôtisseur

ans les années 1950, les huit frères, fils d’un fermier de Sainte-Mélanie, s’adonnaient à l’élevage et au commerce du poulet. Incorporés sous le nom de Benny et Frères Limitée, en 1959, ils ont mis sur pied un abattoir et une meunerie à Saint-Félix-de-Valois.  Ils ont songé, dès 1960, à offrir leur produit transformé par une technique exclusive de rôtissage et se sont lancés dans la restauration.  D’abord, ce fut dans un petit local de la rue Saint-Viateur à Joliette. On retrouve aujourd’hui plus de 35 succursales, dirigées par la deuxième et la troisième générations des membres de la famille avec un personnel d’un millier d’employés. Il y a de quoi être fier comme un coq!

 

Médaille de bronze du MNQ 

Paulette Bélisle

Cette militante souverainiste a été non seulement le bras droit mais aussi l’oreille du député de Joliette, Guy Chevrette, pendant près de vingt ans.  Les citoyens du comté ne sont pas près d’oublier la patience, l’écoute, l’efficacité de cette attachée politique exceptionnelle. Ceux qui l’ont côtoyée soulignent sa discrétion, sa sérénité, sa fidélité, son dévouement envers les gens démunis.  Son patron reconnaissait son courage à faire face aux situations difficiles. Sérieuse, travailleuse, douce et calme en apparence, elle est aussi passionnée et perfectionniste, une femme complète qui croit que l’avenir du Québec est dans la souveraineté, symbole de liberté.

 

Le Lanaudois de l’année – Grande Médaille d’argent SNQL
Jean-Bernard Landry

Né à Saint-Jacques de Montcalm, il a fait ses études classiques au Séminaire de Joliette, sa formation en droit à l’Université de Montréal en plus d’un diplôme en économie et finance avant de poursuivre sa formation à l’Institut d’études politiques de Paris. Dans son parcours d’avocat, de conseiller, de professeur, de ministre, de vice-premier ministre, de premier ministre, de chef de l’opposition et maintenant de chroniqueur, il a développé ses deux amours : la souveraineté du Québec et l’économie, sans oublier ses racines dans le terroir de Lanaudière.  Il affirme préférer le fond des choses plutôt que l’image.

 

crapoPrix des sciences humaines Charbonneau-Rioux
Centre régional d’animation du patrimoine oral (CRAPO) de Lanaudière
Organisme de St-Jean-de-Matha qui, depuis 2002, s’est donné comme mission de collecter, sauvegarder, diffuser ettransmettre le patrimoine oral de la région, soit la chanson, la musique, la danse et le conte traditionnel.
—-
Prix d’initiative communautaire Henri-Pichette
La Table des partenaires du développement social, région de Lanaudière
Organisme communautaire qui célébrait, en mars dernier, dix ans de concertation et de partenariat entre les intervenants des six MRC de la région pour identifier les besoins et susciter le développement de services adéquats tant dans le logement, l’alimentation, le transport collectif que dans l’intégration des jeunes en difficulté.
—-
Prix des arts Maximilien-Boucher
M. Claude de Grandpré, directeur général de la Corporation Hector-Charland, de L’Assomption.
Musicien et ex-enseignant qui, en plus de ses tâches de directeur général et artistique de la Corporation Hector-Charland, qu’il exécute avec dynamisme et originalité, s’est impliqué dans son milieu avec la Boîte à chansons, le Festival de théâtre à L’Assomption (FAIT) et le Réseau des organisateurs de spectacles émergents de Lanaudière (ROSEL).
—-
Prix de la langue française Louis-Landry
Volet primaire : bourse pour l’innovation dans l’enseignement du français École primaire de l’Étincelle, Terrebonne
Pour le projet appelé LES STYLOS HABILES qui a impliqué 153 jeunes dans la publication de trois recueils de contes écrits et illustrés par les élèves des trois classes de 4e année et révisés par leurs aînés de 6e année.
—-
Volet secondaire : meilleurs résultats en français pour les cinq années du secondaire pour l’ensemble de la région Lanaudière
Maude Boisvert
La médaille revient à Maude Boisvert, de St-Ambroise-de-Kildare qui a obtenu son DES à l’école Thérèse-Martin de Joliette.
—-
Prix des sports Marcel Bonin
Marie Ricard responsable des Olympiques spéciaux dans Lanaudière, section Joliette, éducatrice spécialisée à l’école secondaire Thérèse-Martin, de Joliette
Véritable championne de l’entraînement et de l’encadrement des athlètes, qui, malgré une déficience intellectuelle, développent leur potentiel dans les sports d’été et d’hiver. En juillet dernier 20 Lanaudois ont raflé 81 médailles, dont 36 d’or, aux compétitions à St-Jean-sur-le-Richelieu.
—-
Prix du développement économique Raoul-Charette
Mouvement Desjardins, 23 caisses de la région Lanaudière
Pour souligner, depuis plus de 90 ans, leur apport économique majeur en plus de leur contribution à la culture ainsi que les initiatives auprès des jeunes dans les écoles.
—-
René Asselin, lauréatsLa médaille de bronze du MNQ
M. René Asselin, de Repentigny
Militant impliqué pendant plusieurs années dans l’organisation de la fête nationale, participant au Conseil de la souveraineté du Québec, conseiller du député de Repentigny à Ottawa et du député de L’Assomption à l’Assemblée nationale.
—-
Lanaudoise de l’année, grande médaille d’argent de la SNQL
Mme Chantal Deschamps, docteure en psychopédagogie

Professeure et chercheuse universitaire qui a signé des ouvrages sur le processus de recherche et sur la créativité. En 1997, elle était élue à la mairie de Repentigny et devenait, en 1999, préfète de la MRC de l’Assomption pendant dix ans. Depuis 2002, elle préside la Commission de la formation des élus ainsi que la Commission des Assises.

Nos gagnants

2019